Facebook / Videos in ENGLISH: unz.com/sayedhasan / Vidéos en FRANCAIS : vimeo.com/sayedhasan

dimanche 26 février 2017

Hassan Nasrallah : Pourquoi Israël redoute une guerre contre le Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2017, à l'occasion de la commémoration annuelle des dirigeants martyrs




Transcription :

[...] Chers frères et sœurs, pour cette commémoration annuelle des dirigeants martyrs du Hezbollah, nous veillons (toujours) à ce que le thème principal de notre discours soit ce qui a trait à l'ennemi israélien. Permettez-moi de l'aborder sous deux aspects : premièrement, l'aspect libanais, et en deuxième lieu, l'aspect palestinien.

vendredi 24 février 2017

Harcèlement judiciaire : la Mission laïque française déboutée en diffamation


Voir les jugements de décembre 2015 et décembre 2016 en Annexes






Le 9 septembre 2015, j’ai publié sur mon blog le récit détaillé d’une affaire m’opposant à la Mission laïque française (MLF), que j’attaque aux prud’hommes pour rupture abusive de contrat dans des conditions particulièrement violentes en 2013, alors que j’exerçais comme enseignant dans un des établissements de son réseau au Caire – la Misr Language Schools. La Mission laïque, qui n’avait jamais répondu à mes instances multiples entre mars 2013 et juillet 2015, s’est manifestée dès le 5 octobre, mettant en demeure Google (propriétaire de la plateforme Blogger) et moi-même de supprimer cet article sous peine de mesures « répressive[s] » – en vain. J’ai répondu à leur courrier comminatoire par un nouvel article.
 
Le 4 novembre 2015, la Mission laïque française a mis ses menaces à exécution et m’a intenté un procès en diffamation au Tribunal des Référés, instance d’urgence, ce qui ne m’a laissé qu’une dizaine de jours pour constituer avocat et produire mes preuves. J’ai pu le faire à coût drastique – un marathon d’une semaine et 2 600 euros en frais d’avocat[1]. A la diffamation, s’ajoutaient des accusations grotesques de violation de la vie privée pour avoir publié une photo de la direction de la MLF issue de son propre site (sic), et de violation de la propriété intellectuelle pour ma reprise caricaturale d’un logo, non retenues. Mais suite à l’audience du 17 novembre, j’ai tout de même été condamné à payer 2 500 euros (1 000 pour le préjudice et 1 500 pour le remboursement des frais de justice, au lieu des 12 500 réclamés par la MLF), et à supprimer un mot du titre du premier article, et quelques lignes d’un autre article assigné par la partie adverse (au lieu de la suppression totale desdits articles qu’elle demandait), avec une astreinte de 200 euros par jour de retard, par site et par article si je ne m’exécutais pas. Je me suis exécuté.



Le jugement du Tribunal de Grande Instance de Clermont-Ferrand du 8 décembre 2015 ne faisait aucune mention de l’offre de preuves conséquente que j’avais pu réunir, et considérait comme diffamatoires des termes qui ne faisaient que résumer et commenter le contenu des articles, tout aussi étrangement ignoré. Dans Les marchands de soupe de la M*** laïque française, le terme « mafia » a été considéré diffamatoire dans le titre, abusivement assimilé à « une organisation criminelle mondialement connue » (la mafia italienne) par la MLF, interprétation validée par le jugement, comme s’il s’agissait d’un nom propre, alors qu’il s’agit d’un nom commun pouvant notamment désigner tout agissement peu scrupuleux en réunion ; de plus, le corps de l’article dénonçait un « établissement [qui] joue sur l’impunité en pensant que s’il existe un litige avec un salarié, il sera traité par la juridiction égyptienne, et avec une efficience toute relative et un impact très réduit en France », et soulignait la nécessité d’une action « pour fragiliser tout ce système qui, ignorant la loi, fonctionne finalement comme un système mafieux, au sens opaque et privilégiant des intérêts particuliers. » Lesdits procédés de la Misr Language Schools, de la MLF et de l’Ambassade de France au Caire, qui auraient pu me coûter la vie, étaient très largement détaillés. Mais rien de tout cela n’a été jugé diffamatoire.
 

https://3.bp.blogspot.com/-vi5BEsVKGfA/WFNui6DnotI/AAAAAAAACZA/qOWpoyHMpvkUb5y3iP6h9ipAp4de7Ou7wCLcB/s1600/Mafia%2Bla%25C3%25AFque%2Bfran%25C3%25A7aise%2Bcensur%25C3%25A9.png 

 « Caricature déplacée détournant le logo de la MLF, en violation de la propriété intellectuelle »




Dans l’article M*** et néo-colonialisme : la M*** laïque française au Liban, qui reproduisait, après une brève introduction, une pétition de parents d’élèves indignés du Grand Lycée Franco-Libanais (GLFL, appartenant au réseau Mission laïque française), en plus de « mafia », le terme « malversations » a été considéré diffamatoire, mais nullement l’accusation des parents selon laquelle « le budget du GLFL présenté au Ministère de l’Education au Liban ne représente pas le budget réel tel que consolidé par la MLF, [et] le GLFL génère des revenus externes au budget, non déclarés au Ministère, estimés à environ 400.000 dollars annuellement ! Le poste de dépenses budgétaires intitulé ‘Indemnités au Propriétaire’, autrement dit les montants transférés à la MLF et qui par conséquent ne sont pas alloués au fonctionnement du GLFL, est passé de 300.000 dollars en 2010/2011 à 1.5 million de dollars en 2014/2015, soit une augmentation de [400%] sur cinq ans ! […] La MLF a refusé de nous fournir le bilan comptable de l’année 2014/15 (les dépenses effectives), contrairement à ce que stipule la loi libanaise. […] A deux reprises, la MLF a refusé d’appliquer la décision du ministre libanais de l’éducation, malgré des rappels répétés de la part des autorités libanaises. Les journaux au Liban ont pointé du doigt ces comportements qui rappellent le temps du colonialisme, où une association fait fi des décisions du pouvoir exécutif. La MLF ne s’est soumise à cette décision qu’après un jugement du juge des référés. » Cette affaire avait bien sûr été relayée dans la presse libanaise. Ne seraient-ce pas là des malversations ?

Les termes « menaces et chantage contre les parents, violences psychologiques contre les enfants » ont été considérés diffamatoires dans mon introduction, mais nullement, dans le corps de l’article, la dénonciation de « pressions sur les parents d’élèves […], sur les élèves eux-mêmes (des enfants du primaire sont rentrés à la maison en pleurs accusant leurs parents de vouloir fermer l’école : une circulaire scandaleuse avait été distribuée aux élèves sans enveloppe) », de « menaces directes envers nos enfants [et] d’abus de pouvoir sur personnes fragiles », de « menaces en totale opposition avec la convention des droits de l’enfant, la déclaration universelle des droits de l’homme et les principes républicains ». Où est la cohérence ?

samedi 18 février 2017

De Zyed et Bouna à Théo : les émeutes reprennent malgré 12 ans d’immobilisme



Le 14 février 2017


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Edité par  Fausto Giudice 


Par Ramin Mazaheri

Selon une phrase fameuse du héros communiste et « Che Guevara africain », Thomas Sankara, « Un soldat sans formation politique et idéologique n'est quun criminel en puissance. »


La police française a une idéologie, parce que tout le monde en a une : seuls les apathiques finis ou les plus endoctrinés prétendent ne pas en avoir.

Je vais être franc : je n’ai pas fréquenté l’académie de police française ni lu leurs manuels de formation donc je ne peux pas être catégorique, mais l’idéologie utilisée pour endoctriner la police française est clairement le « Nationalisme Blanc ».

La preuve n’est pas le ouï-dire ou simplement mes reportages de seconde main depuis la France : 52% des policiers et des soldats ont voté pour le Front national en 2015.

Selon les estimations, 60% des policiers actifs voteront pour Marine Le Pen ce printemps, soit plus du double des sondages électoraux actuels.

Cela est totalement hors norme pour la société française, et demande une explication.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Front national est un parti d’extrême-droite. Je les appellerais « nazis », parce qu’ils sont effectivement « nationalistes » culturellement et « socialistes » économiquement. C’est vraiment dommage que nous ne puissions plus utiliser le terme « nazi », sauf pour parler de l’histoire – nous ne faisons qu’obscurcir notre réalité commune en refusant d’utiliser des définitions politiques assez simples.

Quoi qu’il en soit, dans une société normale, si un gouvernement apprenait que les 3/5 de la police soutiennent des fascistes d’extrême droite, ils réagiraient immédiatement.

Ils dilueraient une force si extrémiste avec un afflux énorme de travailleurs gouvernementaux de mentalité différente. Ils changeraient immédiatement les procédures de formation, les manuels, la culture du lieu de travail et mèneraient une campagne publique affirmant : « Mea culpa – nous avons un problème majeur avec nos policiers. »

La France ne le fait pas et ne le fera pas, et nous devons nous demander pourquoi : selon moi, c’est parce que le Nationalisme Blanc est le fondement même de la société française.

Le Nationalisme Blanc est aussi le fondement sociopolitique des pays impérialistes que sont les États-Unis et l’Angleterre.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres idéologies importantes en jeu dans ces trois pays, mais il est clair que le socialisme n’en est pas la base, ni la démocratie, ni la religion, ni le libertarianisme... seul le Nationalisme Blanc convient, parce que les vrais capitalistes ne se soucient que de la couleur de l’argent.

Le Nationalisme Blanc a clairement été la philosophie sous-jacente qui a soutenu et s’est propagée pendant des siècles de colonialisme, deux guerres mondiales et même dans le néo-colonialisme d’aujourd’hui.

Je n’exagère pas, et je ne fais pas le gauchiste gnangnan : les Noirs ont été réduits en esclavage et les Indiens décimés en raison du pouvoir nettoyant du « Nationalisme Blanc ».

Trump est au fond, malgré tous ses aspects non-traditionnels, un Nationaliste Blanc : « l’Amérique d’abord », il faut comprendre l’Amérique blanche.

Vous savez que c’est vrai, et je ne blâme personne pour les réalités historiques. Les non-Blancs partout dans le monde savent aussi que c’est vrai.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15413.jpg

Mais la France a volé sous le radar un certain temps

Le monde ne savait pas vraiment que les Français à l’intérieur de la France étaient des Nationalistes Blancs, jusqu’à la rébellion nationale de 2005 (l « émeute » de certains est une « révolte » pour d’autres).

Cela a vraiment secoué la vision de la France dans le monde et ce n’est pas non plus une exagération – l’image de la France a subi un coup majeur.

« Mais ils croient en ‘la liberté, l’égalité et la fraternité’, n’est-ce pas ? » Personne n’a pu encore croire cela après 2005, et personne ne le croit certainement plus aujourd’hui.

La révolte de 2005 a révélé le fait que la France a une large sous-classe non blanche dont l’avenir est totalement bloqué en raison du racisme institutionnel.

Il est important de savoir pourquoi le Nationalisme Blanc de la France a constitué une telle surprise mondiale. Après tout, nous connaissions l’Apartheid, Jim Crow, les réserves indiennes / aborigènes, etc.

La réponse rapide est : jusqu’au milieu des années 1970, la France n’avait pas de vraies minorités non-blanches à opprimer systématiquement.

Avant cela, ce que la France avait était surtout une masse de travailleurs étrangers, des hommes seuls avec des compétences. Certains se sont mariés et intégrés, bien sûr.

Mais la société française a vraiment changé – avec l’incitation des grandes entreprises, et peut-être pour les valeurs humanitaires réelles qu’ils ont invoquées – avec l’adoption du « Regroupement familial ». Cela a surtout permis à des épouses et des enfants d’immigrer en France pour rejoindre leurs maris y travaillant légalement. Cela a créé un changement majeur parce que ça a amené des « villages entiers » en France.

Cela s’est également produit au milieu d’une récession mondiale, puis de plus de 30 ans de néolibéralisme qui ont ravagé le niveau de vie de chaque travailleur français.

Et même si c’était certainement la bonne chose à faire que de permettre aux familles d’être réunies, cela a mis le modèle français à l’épreuve en ce qui concerne la tolérance et leur modèle d’assimilation au lieu d’une intégration.

Considérant le traitement de la France envers les non-Blancs hors de France, miser sur sa tolérance était un pari plutôt téméraire.


Le racisme inhérent au modèle français, si manifestement évident dans ses colonies étrangères, a duré une seule génération lorsqu’il a été appliqué à l’intérieur : en 30 ans, le temps qu’il faut à un adulte pour atteindre complètement la maturité, le système a explosé sous le poids du racisme, de l’hypocrisie et de l’oppression capitaliste.

Vous avez eu la révolte de 2005, et la vapeur a été relâchée, mais le racisme, les avenirs bloqués et la brutalité policière sont restés les mêmes.

Ou blâmons donc la victime avec une déchirure rectale de 10 cm

C’est assez terrible. Ça a nécessité une chirurgie d’urgence majeure – il pourrait rester hospitalisé pendant 2 mois. Il pourrait avoir des problèmes permanents d’incontinence.

Quel genre de policier viole quelqu’un avec sa matraque ? A vomir.

Quel genre de policier se tient là et observe la scène ? Eh bien, ils crachaient aussi sur lui, l’appelant par des noms racistes et le battant dans la région génitale.

Je parlais à un ami arabe d’ici de 50 ans et je lui ai dit à voix basse : « Ce gars aurait pu être un de vos fils. »

Il a immédiatement baissé les yeux – je ne sais pas pourquoi… horreur, honte, inquiétude – et a dit : « Oui ».

Ce gars est un Noir de 22 ans nommé Théo.

Les policiers ont dit qu’ils répondaient à des appels dénonçant du trafic de drogue dans la région : Théo travaille avec des groupes de jeunes et a un casier judiciaire vierge.

Les policiers ont dit qu’ils l’ont arrêté parce qu’ils pensaient qu’il était un étranger en situation illégale : Théo est français.

Le profilage racial est légal en France. C’était la seule promesse de campagne faite par Hollande aux communautés musulmane, noire et immigrée, un autre rétropédalage de Hollande, qui a laissé tomber ses semi-efforts en juillet dernier.


Iran and Hezbollah respond to Donald Trump

Since his election campaign, Donald Trump has not hidden his fierce hostility to the international deal on Iran's nuclear program, calling it the worst of the agreements in history and promising to dismantle it. On February 2, 2017, following a conventional ballistic missile test by Iran that did not contravene the agreement, Trump said in a Tweet that Iran, as a dissipated student, had been “formally warned” and should be grateful for the horrible deal with Tehran by the Obama administration. On February 3, new US sanctions were announced by the US Treasury Department. And on February 6, in an interview, Trump declared Iran the number one terrorist state.

Sayed Ali Khamenei never concealed the fact that he considered the diplomatic efforts of the Rouhani administration vain, convinced that the United States were not sincere in their approach and would renounce their commitments. Iran had already denounced several times violations of the letter and spirit of the agreement by the United States under Obama, and is now threatened with new sanctions and even aggression, which can only strengthen a nation that has been submitted to 38 years of international and unsuccessful wars aimed at destroying the Islamic Republic, and is now a regional power that cannot be ignored. Tehran, which in addition to its traditional allies, Syria and Hezbollah, now has two major strategic allies, Russia and China, has responded with its own sanctions against the United States, and by a message of the Supreme Leader.


As for Hezbollah, which also became a first-class armed force after its victories against Israel and against the Daech
nebula in Syria, it certainly constituted, with Iran, the main subject of discussion of the meeting between Trump and Netanyahu on February 15. Sayed Hassan Nasrallah also wanted to send a small message to Donald Trump before its holding.

Sayed Hasan



mardi 14 février 2017

L'Iran et le Hezbollah répondent à Donald Trump

Dès sa campagne électorale, Donald Trump n'a pas caché son hostilité farouche à l'accord international sur le nucléaire iranien, le qualifiant comme le pire des accords de l'histoire et promettant de le démanteler. Le 2 février 2017, suite à un essai de missile balistique conventionnel par l'Iran qui ne contrevenait pas à l'accord, Trump a déclaré dans un Tweet que l'Iran, tel un élève dissipé, avait été « formellement mis en garde » et qu'il devrait être « reconnaissant » pour l'accord « désastreux » conclu avec Téhéran par l'administration Obama. Le 3 février, de nouvelles sanctions américaines ont été annoncées par le Département du Trésor américain. Et le 6 février, dans un interview, Trump a déclaré l'Iran « Etat terroriste numéro un ».

Sans toutefois s'y opposer, Sayed Ali Khamenei, n'a jamais caché qu'il considérait vains les efforts diplomatiques de l'administration Rouhani, convaincu que les Etats-Unis n'étaient pas sincères dans leur démarche et renieraient leurs engagements. L'Iran avait déjà dénoncé plusieurs fois des violations de la lettre et de l'esprit de l'accord par les Etats-Unis sous Obama, et se voit maintenant menacé de nouvelles sanctions voire d'agression, ce qui ne peut que renforcer une nation aguerrie à 38 ans de guerres internationales et infructueuses visant à détruire la République Islamique, aujourd'hui puissance régionale incontournable. Téhéran, qui, en plus de ses alliés traditionnels que sont la Syrie et le Hezbollah, compte aujourd'hui avec deux alliés stratégiques majeurs, la Russie et la Chine, a répondu par ses propres sanctions contre les Etats-Unis, ainsi que par un message du Guide Suprême.

Quant au Hezbollah, qui est également devenu une force armée de tout premier ordre après ses victoires contre Israël et face à la nébuleuse Daech en Syrie, il constituera certainement, avec l'Iran, le principal sujet de discussion de la rencontre entre Trump et Netanyahu prévue le 15 février. Sayed Hassan Nasrallah a lui aussi tenu à adresser un petit message à Donald Trump avant sa tenue.

Sayed Hasan

Voir également, sur l'accord sur le nucléaire iranien, Le triomphe de la République Islamique et La République Islamique persiste et signe



Discours du Guide Suprême de la République Islamique d'Iran, Sayed Ali Khamenei, le 7 février 2017, dans une rencontre avec des officiers et soldats de l'Armée de l'Air, commémorant leur allégeance à l'Imam Khomeini à la veille du triomphe de la Révolution Islamique



Transcription :

Selon un verset coranique de la sainte sourate Nour (La Lumière), “Leurs actions sont comme un mirage dans des déserts sablonneux, que [l'homme assoiffé] prend pour de l'eau.”  [Saint Coran, 24, 39] Comme un mirage, une personne assoiffée prend un morceau de terre asséchée pour de l'eau. “Jusqu'à ce qu'il y arrive, et trouve qu'il n'y a rien: mais il trouve Dieu partout avec lui”. [24,39] Il voit qu'il n'y a rien. 

Ali Khamenei: Trump shows the true face of America

Speech by Ayatollah Khamenei, the Leader of the Islamic Revolution, in a meeting with commanders and personnel of the Air Force of the Islamic Republic of Iran Army, on February 7, 2017 

The meeting was held on the occasion of the historic pledge of allegiance of Air Force officers to Imam Khomeini on the eve of the triumph of the Islamic Revolution.


Transcript : 

[...] A Quranic ayah in holy Sura Noor says, “Their deeds are like a mirage in sandy deserts, which [the man parched with thirst] mistakes for water.” Like a mirage, a thirsty individual mistakes a piece of dry land for water. Later on when he gets closer, he sees that there is nothing: “Until when he comes up to it, he finds it to be nothing: But he finds God ever with him” [The Holy Quran, 24: 39]. He sees that there is nothing. Pinning one’s hope on shaitans is like this. Pinning one’s hope on materialistic and satanic powers is like this.

Employing reason and adopting a reasonable approach on different matters – matters related to diplomacy, management of domestic affairs in the country, resource provision, knowledge, industry and other such areas – is a necessary task, but trusting shaitans and trusting those individuals who are opposed to the essence of your existence is a grave mistake.  A power that cannot endure and accept the essence of the Islamic Republic’s existence and the essence of Islamic power cannot be trusted and relied on: “Like a mirage in sandy deserts, which [the man parched with thirst] mistakes for water.”


This is a statement that each and every one of us should keep in mind forever. Each and every person among the people of Iran should keep this in mind. You should try and work hard, you should show innovation, you should bring your real and God-given power to the arena and you should move forward with reliance on God and on His assistance and then God will help. However, if you sit and wait for Shaitan – the Great Shaitan – to come and help, then the ayah “Like a mirage in sandy deserts, which [the man parched with thirst] mistakes for water” will come true because no good comes from Shaitan.


Now, the gentleman that has recently taken office in the United States says that we should be grateful to America and to Obama administration. Why should we be grateful? We are not grateful at all. He was part of the same system that imposed those heavy sanctions on the people of Iran with the purpose of paralyzing the Islamic Republic and the Iranian nation. They hoped to paralyze us. Of course, their hope was not fulfilled and it will never be fulfilled because no enemy can paralyze Iran. He says that we should be grateful, but this is not the case and we are not grateful at all. Why should we be grateful? Because of sanctions? Because of creating DAESH? Because of setting fire to the region? They set Syria on fire. They set Iraq on fire. Why should we be grateful? Should we be grateful because of supporting the fitna that they created during the elections of the year 1388 [2009]?


On the one hand, he wrote a letter to me expressing his respect, kindness and cooperation and on the other hand, he supported the seditionists openly saying to them that they had stood behind them, thus revealing their intention to provoke fitna in the country. This is the true face of hypocrisy. He was wearing that velvet glove to cover his iron fist. I have spoken about this many times.


We do not thank them at all. We know what they have done. We know what they were doing. He says that we should thank Obama and that we should be afraid of him [Donald Trump]! We are not afraid of you either! On the 22nd of Bahman [February 11th], the people will respond to these threats and statements on the streets. They will show what position the people of Iran adopt in the face of threats. We are not afraid of anyone’s threats either.


Yes, we thank to the mister who has taken office recently. We thank him because he saved us the trouble of revealing the true nature of America. What we having been saying repeatedly in the past 30-plus years – about political corruption, economic corruption, moral corruption and social corruption in the ruling apparatus of America – was fully displayed and manifested by that mister as he revealed the naked truth about America during and after the elections. In the present time too, he is showing the truth about America with the things that he is doing. He is showing what American human rights means- they put handcuffs on a five-year-old kid- this is their human rights!


The people of Iran have found their path. The people of Iran are pushing their movement forward and taking this path with logic, reason and reliance on God and they are doing so at great speed and in a self-confident manner. Today, the people of Iran trust themselves. Our youth are working with self-confidence. Our academic organizations and institutes are filled with new thoughts in the area of science. The same is true of the area of infrastructure and various other areas. Today, rationality is the first important issue in the country. However, it is accompanied by reliance on and trust in Allah the Exalted. We know that the people of Iran will surely achieve victory on this path and that they will attain their ideal results and desires.


God’s mercy be upon our magnanimous Imam (r.a.) who clarified the truths about these matters for the people of Iran during the 10 years of his blessed life in the beginning of the Revolution. You should look at Imam’s (r.a.) speeches. He identified the friends and the enemies. He knew who the people of Iran were and he identified the goals. The reason why Imam (r.a.) said over and over again that we should not trust Shaitan and the enemy and the reason why he said that we should beware of trusting the enemy was that he knew the enemy. Of course, we used to make these statements, but today they are on the screen and everyone is watching it. The behavior of that gentleman reveals what the true nature of America is and of the comments that they make about human rights, philanthropy and other such matters. This is what we can obtain from this situation and from deliberating on Imam’s (r.a.) statements.


I hope that the Lord of the worlds bestows success on you. I hope that by Allah’s favor, you youth will be prepared so that you can carry out the great task that befalls you. Your generation should carry out a great task. The generation before you accomplished great tasks, but there are other important tasks that you should accomplish. I hope that you will prepare yourselves with reliance on Allah the Exalted and that you will deliver this duty – which you have held in trust – to future generations.


Greetings be upon you and Allah’s mercy and blessings.

Hassan Nasrallah: Trump must be thanked for his bluntness and stupidity

Speech of Secretary General of Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, on February 12, 2017, during the funeral of Cheikh Hussein 'Obaid



Transcript:

[...] Lastly – on Thursday [February 16], if God keeps us alive, we will speak specifically about the regional situation, but allow me only to say a word to all those who have declared and written in the last weeks… (I have seen many statements) that Hezbollah is worried, that Hezbollah is intimidated, that Hezbollah is frightened. What is it about, friends? Trump took power. Yes, Trump is here. So what? What's new?

The new, as said His Eminence the Guide Sayed Khamenei, may God prolong his noble life. What changes is that before, there was someone who had put on his face a veil of hypocrisy [Obama]. A veil of hypocrisy. He speaks to you in a convivial way, he sends you his greetings for your holidays, but what does he do? He imposes sanctions on you, he wages an international war against you, he makes thousands strikes that have killed thousands of civilians, he supports and becomes involved in wars like the one against Yemen where hundreds of thousands of people have been killed, wounded, starved and besieged. He supports despotic regimes such as Bahrain, Saudi Arabia and elsewhere. He does all (evil) and creates Daech for you, so that it may sully your religion, your Prophet, your Qur'an, that it may shed your blood, take your women captive, demolish your society and your countries. But he's jovial, and your heart is supposed to burn for him because his skin is black.

The new positive thing is that now there is someone who has put hypocrisy aside, and who says – and that is why His Eminence the Imam Leader [Khamenei] said, we should thank Trump because he revealed again the true face of the racist, cruel, criminal, murderous American government, which spills blood, represses liberties, seizes the wealth of others, plots unceasingly against the oppressed peoples.

Thank you! We are not sorry, we are grateful to Trump. Because since he took power, the real face of the American administration has been revealed, and the peoples whose discernment has been obscured and misled can finally understand it.

As for fear, it is something long gone (for Hezbollah). To all those who write, discourse, think, analyze, I say [in the name] of the white hair of Sheikh Hussein 'Obaid, one of the great founders of Hezbollah in 1982 : We were here in 1982, and we are now in 2017. In 1982, we were only a handful of oppressed believers, fearing at any time to be captured by our opponents [Cf. Quran, VIII, 26]. The invincible Israeli army occupied half of Lebanon. 100,000 Israeli officers and soldiers were in Lebanon. 25,000 US, French, British and Italian officers and soldiers were in Lebanon [along with Israel]. There were the internal problems in Lebanon, the battleship New Jersey and others in the sea... And we were only a handful, we and the other members of the factions and resistant parties. And we were not afraid. We were not worried. We did not hesitate. Our cause was clear and certain. And after, after, after, George Bush came, with the armies again, with the battleships, aggressing countries, pushing Israel to war against us, but we were not worried nor frightened nor hesitant. We had the certainty that God would grant us victory.

This victory that God promised us in His Book, and which Imam Khomeini promised us, to Sheikh Hussein 'Obaid, to Sayed Abbas, to the House of the brothers [founders of Hezbollah], when they went to see the Imam at the beginning of the creation of the movement, and he confirmed to them that the choice of the Resistance was the only one, and told them not to count on anyone, to expect nothing from whoever in the world, nor from us [Iran], but to rely on God and on yourselves, carry out the tasks that are incumbent on you.

And on that day, as the documents testify, on that day, when many in the Arab and Islamic world considered Lebanon to have entered the Israeli era, Imam Khomeini told the 9 [Hezbollah] people, including Sayed Abbas al-Musawi (former Secretary General of Hezbollah) and Sheikh Hussein 'Obaid: “If you resist, I see victory engraved on your foreheads.”

This victory was achieved in 1985 (Israeli withdrawal in southern Lebanon), in 2000, in 2006, and is being realized today in Syria, in Iraq, and it will be realized in Yemen, God willing. Neither Trump nor his father nor his grandfather, neither George Bush, nor his father, nor his grandfather, or any of these racists, can infringe upon the courage, will, determination or faith of any of our children, so what about our men (adults) and our elders ?

That is why we are not at all worried but very optimistic, because when the White House is inhabited by a fool who (openly) displays his stupidity, this is the beginning of liberation for the oppressed in the world.

May God have mercy on our great and dear Sheikh, whose sad loss we regret, and may He make him dwell in His vast paradise, and raise him up with the martyrs, and let the peace of God be upon you all, His Mercy and His Blessings. [...]